Coucou?

Publié le par Ninitiou

Dites moi les filles... (Et les garçons?)

 

Combien de fois dans votre vie, avez-vous du tout remettre en question?

Je veux parler d'une vraie remise en question. D'un point sur tout ce que vous avez accomplie jusque là. D'analyser la situation dans laquelle vous vous trouvez.

 

Je décidé, aujourd'hui de vous faire partager mon bilan, tout nu, la vérité toute crue:

 

- Après la naissance des jumeaux je me suis enfin fait poser un sterilet et aujourd'hui je n'ai plus peur de tomber systematiquement enceinte au moindre echange de salive....

- Courant janvier de cette année, j'ai avalé une fois de plus, la boite de lexomil. Plus par lassitude de vivre avec la peur et l'angoisse au ventre sans rien pouvoir y faire que par envie d'en finir. Je me suis reveillé les chevilles et poignets entravés et j'ai cru mourrir une seconde fois. Il parait que j'ai pourtant été d'une lucidité à tout epreuve devant le psy qui a signé ma sortie le lendemain. L'habitude sans doute. Je ne me souviens de rien.

- Les crises d'angoisses etant toujours présentes, j'ai décidé d'appeler ma mère au secour... Les marques sur ma peau, sur mes cuisses, les longues apres-midi dans ma salle de bain à pleurer, ca devait finir.

- J'ai attéri dans le bureau d'un enieme psychiatre, qui lui, m'a diagnostiqué bipolaire. Delivrance. Traitement. Le soulagement de ce dire que malgres l'analyse et les remises en question, on y peut rien, on est née comme ca. Débuts d'autres emmerdes aussi et d'effets secondaires. Constipation, sommeil excessif, palpitations, tachychardie, et un surpoids de 6 bon kilos. Le prix à payer pour vivre correctement, de maniere saine, et tempérée.Quelque chose que je ne m'explique pas, la maladie n'a jamais eu le dessus sur l'education de mes enfants. A leur contact c'est comme si elle disapraissait, elle se taisait sans explications aucunes et je devenais enfin moi-meme. Patiente, aimante, douce et calme... Ils ont été ma planche de salue pendant ces 6 dernieres années. Elever mes enfants, m'occuper de bout de chou c'était comme recommencer une nouvelle vie, la voir à travers leurs yeux, c'était une evidence...

- Aussi, maintenant, il faut apprendre à vivre avec la maladie. Et surtout avec les aprioris des gens sur le sujet. Gerer le stress les évènements de la vie quotidienne, 1 demi heure de plus ou de moins, un film de trop et je ne me reveille plus le lendemain que pour midi. Incapable de faire quoique ce soit. Continuer à voir ses amis, s'occuper de ses enfants, tenir sa maison... Autant de challenges qui deviennent des taches à reapprendre. Tout finis par reprendre sa place et une nouvelle vie, un nouveau quotidien se met en place. Bien meilleur malgres tout que ce qu'on a pu traverser avant le diagnostique.

- Un regime. Weight watchers, attaqué en mai de cette année. J'ai perdu ces 6kilos de trop. Il en faut 6 encore. Mais le fuite de cette masse superflue m'a rapporté une compagne bien connue que je me serais bien passé de voir reapparaitre dans ma vie. La boulimie. Vomitive. Apres moult remises en questions, je me dis que je n'ai decidement pas fini de me battre contre moi-meme. Sujet douloureux, epineux, compliqué.  Surtout lorsqu'on se reveille sans se rappeler quand cela a bien pu commencer, et lorsqu'on mesure le chemin parcouru vers l'absurdité de ces rituels, installés sans que l'on sans rende compte. Affaire à suivre.

- Elever ses enfants. 3 enfants. 2 jumeaux. 1 grand de 4 ans. Facile jusque là, evident dans l'organisation. Une epreuve aujourd'hui. Benit soit l'inventeur du systeme scolaire à l'age de 3 ans... Benit soit l'inventeur de la crèche 2 fois par semaine. Je commence à redouter les vacances scolaires. J'aime mes enfants plus que tout au monde, mais ils ont tendance à excercer une torture psychologique bien particuliere sur leur mere et je ne supporte plus les cris, les couches de caca, les eternels repas/sieste/activité. J'ai envie de rencontrer des gens, de fuir la maison, de les vendres sur e-bay et de reprendre ma vie sociale là où je l'ai laissé. Je tiens bon. Je me dis qu'ils sont merveilleux, que j'ai de la chance de les avoir. Mais la c'est trop. Je n'en peux plus.

- J'ai tenté de me lancer dans l'illustration. Pour me rendre compte que j'aimais trop ca pour que cela devienne une source de stress permanent. Loin de vivre de ''mon art'' et en proie aux doutes sur ma capacité à me reinventer et à tenir des delais... Je me dis que je préfère encore dessiner pour le plaisir, sans rendre de compte à personne.

Avec un bac techno en poche et une famille à nourrir, les choix sont limités pour decrocher un job qui ne lasse pas sur le long terme, corresponde à ce que l'on est dans la vie, et rapporte de quoi subvenir au besoin de tout le monde. Je profite donc de la fin de mon congé parental et j'entamme une formation de doula à la fin de l'année et tente de gagner mon independance financiere au cas ou mon couple se ferait definitivement la malle.

- Mon couple. Il y a de l'amour, du desir, et du respect... Mais a quel prix. Me battre m'epuise et surmonter les epreuves me vide de mes forces. Toujours se poser des question, se demander si on ne se trombe pas de chemin, s'assurer sans cesse que l'autre vous tiens bien encore la main... Aujourd'hui le quotidien est tel que plus rien n'est simple. Autrefois 1 semaine de vacances suffisait à nous ressouder. Aujourd'hui il n'y a rien d'evident dans quelques jours de repos, puisque les enfants sont autour et que la situatin professionnelle de mon cher mari n'est pas faite pour nous rapprocher. On tient bon, on se repete qu'on s'aime et qu'on a fait des choix qu'il faut assumer, que tout cela finira par payer, et que nous auront le temps de nous retrouver... Plus tard, apres ca, dans quelques temps. On tient encore, on se soutient, en serrant les dents... En esperant que nous ayons raison de nous battre pour rester ensemble, aujourd'hui nos differences semble plus contribuerer à nous separer qu'autrefois à nous completer.

 

Bref. Voila. Nous en sommes la. Je delaisse un peu le blog B.D pour qui sait... Reprendre quelques articles sur notre vie de tout les jours? Il semblerait a nouveau, que j'en ai besoin.

 

Certain d'entre vous diront que je suis une paumée, mais malgres tout il y a un certains nombre de choses que sans pretention, je semble savoir... La vie n'est parfaite pour personne et je ne connais pas encore de gens qui n'ai pas des choses à s'avouer à eux-meme. Se regarder telle que l'on est, savoir s'exposer aux autres, dans des rapports plus authentiques que soucieux de l'image que l'on veux se donner, et garder malgres tout, une certaine indulgence, une certaine tendresse pour soi-meme, c'est quelque chose de difficile, mais que je fais, que j'AI fais, et qui, il me semble, je ferais toujours.

 

La vie est un cheminement, on le traverse comme on veux, comme on peux, mais souvent sans savoir où l'on va. Car on peux faire des projets, se declarer sain d'esprit et bien dans sa vie, on est jamais à l'abris des coups du sort, des coups de vie, qu'on peut prendre allegrement dans la tronche. Certains se relevent vite, d'autres moins, certains gardent des cicatrices avec lesquelles il faut composer, mais tout l'interet de la vie est d'arpenter ce chemin. Et d'apprendre, d'ouvrir les yeux, de se gaver de ce qu'elle nous apprend, car rien n'arrive jamais par hasard et on a toujours le choix... Pas forcement des choix evidents ou satisfaisants, ou meme faciles, mais nous l'avons, il ne tient qu'a nous de decider comment composer avec la vie. Lacher prise ou s'accrocher? Juger, se donner des certitudes, ou se laisser traverser par elle, s'en impreigner au dela du raisonnable la vivre à fond, ou se protger. Peu importe. Libre à vous de faire... Vos propres choix.

 

J'aime la vie, j'aime la planète sur laquelle on vit, et j'aime les gens. Le genre humain me fascine et j'ai hate, de voir ce que l'existence, me reserve encore...

Publié dans Mon nombil à moua...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fannou 05/11/2012 16:38


Bonjour nini,


J'avais une question à te poser, et là je tombe sur cet artivle, ça fait tellement longtemps que j'avais pas eu le temps de te lire....


Je te trouve très sereine malgré tout, j'espère que ça va mieux actuellement....


Je ne trouve plus ton mail, on avait échanger AAD il y a lgt. Et j'aurai voulu des conseils sur la maison barbapapa......si jamais tu as le temps.....


Je pense à toi, et aux loulous


 

Ninitiou 03/08/2013 16:59



Oh pardon!!! je ne suis plus venue ici depuis tellement longtemps, si tu as toujours envie d'echanger tu me trouveras plus facilement sur facebook: sarah adrianne doula



Mimi 13/10/2012 15:29


Bipolarité, c'est ce que je retrouvais quand je te lisais, des moments d'intence bonheur et ensuite une chute vertigineuse dans le fond du tunnel.


Je ne sais que te dire que cette vie n'est pas parfaite mais je pense que tout réside dans notre capacité à ne voir que le bon coté des choses. Se rendre compte que d'autres vives de vrais
calvaires nous remet parfois à notre place et nous permet de relativiser.


Les nevroses et psychoses seront toujours là, nous sommes des etres humains qui ne veulent qu'une chose c'est vivre et le plus longtemps possible; la mort, la douleur, la souffrance bien que trop
présente ne sont pas initialement enregistré dans notre cerveau c'est pour cela qu'on a autan de mal avec la mort, qu'on a autant de mal avec la soufrance.


Il faut arriver a un moment ou les bonnes questions doivent etre posés et les bonnes réponses écoutés. Choisir ce qui nous rendra heureux quitte à ce qu'on doivent prendre des decisions
drastiques.


Je te souhaite bonne chance dans cette quete de toi meme, dans cette quete du bonheur.


 

Ninitiou 03/08/2013 17:00



Je te remercie de tes encouragements, ta comprehension em touche profondement et m'encourage a poursuivre dans cette voie de guerrison



Mapu 29/08/2012 22:10


Alors là rassure-toi: je suis exactement comme toi! Je n'ai encore qu'un enfant mais il a tellement bouleversé mon couple et mes santés mentale et physique que je n'ose pas prendre de
décision. C'est dur de vivre de nos jours alors ça fait du bien de se dire qu'on n'est pas seules!! Beaucoup de courage et prends ta vie petit à petit, jour après jour: l'important est de se dire
le soir "C'est bon j'ai assuré une journée de plus". Gros bisous

Ninitiou 03/08/2013 17:00



Que c'est bon d'entrendre ca...Merci de ton temoignage et de ta confiance.



Guillemette 29/08/2012 21:16


Je te trouve d'une force et d'une sagesse exemplaire.


Les remises en questions je connais aussi, mais je n'ai ni mari, ni enfant, il me suffit de remplir un camion de déménagement et de passé a la suite en fuyant pour avoir l'impression de
recommencer...


Acrroche toi, je pense que tu es une belle personne, en tout cas c'est l'image que tu en donne.


 

Ninitiou 03/08/2013 17:01



Guillemette, toi etm oi on a faillit se rencontrer plusieurs fois. Et rien ne me ferait plus plairir que de prendre un café avec toi!!! Tu m'as sur facebook il me semble mais si ce n'est pas le
cas, fait le moi savoir je te donnerai mon numero de telephone. je pense que nous avons beaucoup à nous apporter, j'ai beaucoup à apprendre de toi.